Ma Provence et l'olivier

La Provence en Photographie c’est banal, cela l’est moins si les photographies sont autres que celles des traditionnels champs de lavande ou des pots de fleurs sur les tables.

J’ai appelé cette page « Ma Provence et l’olivier », car ici je vous fais découvrir la Provence telle que je la vois, telle que je la vis, telle que je la sens, telle que je la respire.
C’est de la Provence que l’on ne voit pas de la route en vacances dont je vous parle, mais de la Provence de l’intérieur, de l’intérieur de l’homme qui vit sa Provence été comme hiver. La Provence que seul le pas du Paysan peut vous faire découvrir.
Alors ici je vous propose de suivre mes traces, et si vos pieds étaient pleins de terre ?...... Vous découvririez enfin la Provence.
Je vous montrerai ici des photographies d’oliviers ou de champs d’oliviers que j’ai découverts durant mon travail, pendant la taille de la vigne et de l’olivier, parfois perdus dans la nature, insolites, isolés, froides aussi les images comme peut l’etre notre Provence en hiver.
Je vous montrerai ici la terre de Provence, celle qui colle aux pieds, celle qui teinte et crevasse nos doigts, qui s’incruste dans les ongles et dans les empreintes de notre peau, dans notre mémoire Provençale, dans notre mémoire génétique.

Ici, nous ne regarderons pas le paysage de Provence comme de vulgaires cartes postales ou comme des tableaux dans un musée tant usés par les regards des visiteurs.

Ici nous sommes à l’intérieur du paysage, nous nous promenons à l’intérieur du tableau, nous sommes dans la toile, nous sommes la Toile de la Provence, la Provence étoilée.

La Provence des Papes

Non, je ne vais pas vous parler des Papes, ni de l'histoire des Papes dans le Vaucluse, ni du Palais des Papes à Avignon. Je veux vous parler de cette huitième image, sur laquelle vous apercevrez une maison en ruine.
Si je vous montre cette photographie c'est bien sûr qu'elle a un lien avec les oliviers et fait partie du paysage de Vaucluse et de la Provence (On y passe tous les jours devant) mais aussi car il s'y trouve un très beau verger d'anciens oliviers. Ce lieu était il y a peu de temps envahie par les ronces puis ravagé par des incendies. Il a été récemment réhabilité par «les jardiniers du Ventoux» en sentier botanique..

On découvre un véritable trésor botanique, outre de magnifiques oliviers, on y a découvert des pistachiers térébinthes de 7 mètres de haut ainsi que de magnifiques poiriers, noyers, cerisiers, pins d 'Alep entre autres arbres.

On l' appelle couramment la "maison hantée". Elle s'appelle la "Préfantasi" (déformation de Esperit Fantasti). François et Antoine Barberini neveux d’Urbain V auraient été «expatriés» par leur oncle Urbain V. Ce dernier aurait envoyé es neveux près du Lac du Paty à Caromb dans le Vaucluse car ils se livraient à l’alchimie, ce qui était interdit à l’époque. Leur but était de transformé du plomb en or à l’aide de «la pierre philosophale ».

Il y moururent paraît-il dans d’atroces souffrances et la légende voudrait que l’on y voit leurs fantômes les nuits de pleine lune….